+33(0)4.75.40.37.37

Article

"Prodeval sur la pente ascendante" (C. Legros, L'Echo Drôme Ardèche)

Le : 11.09.2017

" Valoriser les biogaz, tel est le métier de Prodeval depuis plus de 20 ans. Depuis son rachat en 2007 par Sébastien Paolozzi, l’entreprise a affiché jusqu’ici une croissance régulière. Mais aujourd’hui, cette croissance s’accélère au rythme du marché, boosté par une prise de conscience - et de mesures - en faveur de la préservation de l’environnement.

Le réchauffement climatique, la pollution des sols, des nappes phréatiques et de l’air, ... ces questions environnementales ont fait leur chemin, depuis ces 20 dernières années, jusque sur le devant de la scène internationale avec notamment le sommet sur le climat. Plus localement, ce sont les différents Grenelle de l’Environnement qui ont réussi à imposer progressivement leurs exigences pour tenter d’enrayer concrètement l’impact néfaste des technologies sur l’environnement.

Une solution complète

Dès 1995, Vincent Paolozzi s’impliquait dans cette démarche en fondant CEFT (Conseil Evironnement Froid & Thermique), bureau d’études en méthanisation, traitement et valorisation du biogaz. En 2007, son fils Sébastien rachetait Prodeval, spécialisée depuis 1990 en traitement et valorisation du biogaz issu de la méthanisation de déchets organiques. En rapprochant ces deux activités - bureau d’études et fabrication/commercialisation des installations - CEFT-Prodeval s’est distinguée de la concurrence en proposant une solution complète depuis la conception jusqu’à la maintenance et entretien des équipements. “Notre métier consiste à collecter le gaz issu des déchets organiques (le biogaz) et à différencier les différents composants (méthane, CO2, eau et polluants) pour n’en conserver que le méthane qui sera réinjecté dans le réseau domestique GRDF ou utilisé comme carburant pour les véhicules (BioGNV). Nos solutions ont été développées pour répondre à l’ensemble des problématiques gaz. Nous assurons le montage, l’installation, la mise en service ainsi que la maintenance complète des équipements que nous vous fournissons”, explique Stéphane Delattre, directeur financier et RH.

Un CA doublé en 2018

Certes, les solutions de méthanisation pèsent lourd dans le budget des agriculteurs (jusqu’à 800 000 euros pour une unité complète), mais la possibilité de réutiliser le gaz comme carburant pour les véhicules (utilitaires, particuliers voire même agricoles) et/ou comme source d’énergie pour couvrir en partie ou totalement les besoins des exploitations vient rééquilibrer le modèle économique “de la chose”. D’autant que rien n’empêche les exploitants de se grouper pour assurer le financement et l’approvisionnement des installations tout en se répartissant équitablement les bénéfices. “Le marché arrive à maturation maintenant, avec une prise de conscience du monde agricole en faveur des enjeux environnementaux”, explique S. Delattre. “Dans le même temps, les technologies ont évolué et nous proposons maintenant des solutions au point. Enfin, les mesures fiscales mises en place dernièrement en faveur des sources d’énergie alternatives participent également à la dynamique du marché”. À tel point que Prodeval, qui réalisait un chiffre d’affaires de 6,8 millions d’euros en 2016 prévoit d’atteindre les 12 millions d’euros en 2017 et 14 millions en 2018. Une forte croissance qui se traduit notamment par une montée en puissance des effectifs dont le rythme (+25 % par an) ne devrait pas faiblir, “au contraire”. Prodeval compte aujourd’hui 47 collaborateurs, alors qu’ils n’étaient que 5 au tout début de son activité.

Des perspectives de développement

Prodeval occupe 25 à 30 % du marché de la méthanisation - biogaz. “Aujourd’hui la France compte 350 équipements, alors que l’Italie par exemple, en compte 3 000 et l’Allemagne plus de 4 000. Le potentiel est estimé entre 50 et 70 unités à installer par an pendant au moins une décennie en France !”, concluait Stéphane Delattre. "

- écrit par Corinne Legros

Retrouvez l'article complet dans l'édition du 2 Septembre 2017 et sur le site de l'Echo Drôme Ardèche en cliquant ici.

Retour