+33(0)4.75.40.37.37

Article

Prodeval étoffe ses compétences

Le : 10.11.2020

Rovaltain : Spécialisée depuis sa création en 1990 dans le traitement et la valorisation du biogaz issu de la méthanisation de déchets organiques, la Pme drômoise franchit une nouvelle étape dans son développement en investissant près de 3,5 millions dans la création de son propre centre de formation. Livré au printemps prochain, il a vocation à accompagner Prodeval dans son développement.

Bien que l’hydrogène – en tant que potentielle future source d’énergie propre – soit l’objet de nombreuses attentions et autres spéculations (notamment dans le cadre du plan de relance concocté par le Gouvernement), la production de biogaz issue de la méthanisation de déchets organiques comme le propose la société drômoise Prodeval demeure, elle, à l’heure actuelle et pour encore de nombreuses années, une réalité écologique et économique tangible, fiable, largement éprouvée, et par conséquent promise à un bel avenir.

« Nous sommes effectivement sur un marché très porteur » confesse Sébastien Paolozzi. Les chiffres lui donnent raison. Lorsqu’il a pris en 2010 les commandes de la Pme basée à Rovaltain, l’effectif global de l’entreprise se résumait à 5 personnes. Dix ans plus tard, quelque 200 fiches de paye sont éditées chaque mois. Sauf retournement de tendance, ce cycle devrait encore s’accélérer puisque les perspectives de recrutement pour 2021 sont basées sur la signature d’au moins un CDI par semaine. Et ce, en dépit du Covid, est-il bon de préciser.

Le chiffre d’affaires de la Pme drômoise suit, lui-aussi une trajectoire exponentielle : 3,5 millions d’euros en 2015, 35 millions d’euros en 2019, 74 millions d’euros en 2020.

« Nous avons livré en septembre dernier notre 100ème système d’épuration. Une trentaine devrait suivre d’ici la fin de l’année. Dans les années 2014-2015, nous produisions et installions deux unités de méthanisation par an. Aujourd’hui, nous sommes passés à deux par semaines de sorte que nous détenons 50 % de part de marché dans l’hexagone. C’est dire s’il y a de la demande » reconnaît son dirigeant.

Pour accompagner la croissance de ses marchés, la Pme drômoise ne lésine pas sur les moyens. Elle a notamment dû fédérer autour d’elle de nombreux partenaires industriels auxquels a été confiée la fabrication en amont des différents éléments chaudronnés et mécanosoudés assemblés par la suite en interne mais aussi organiser la logistique qui va de pair. Prodeval s’est également employé pour faire évoluer son offre de solutions techniques et de services associés pour arriver en tant qu’interlocuteur unique à des prestations globales.

La Pme drômoise fait également de l’export un axe fort de développement comme l’atteste l’ouverture de filiales en Italie en 2018 (elle y détient 35 % de part de marché) et au Canada en 2019, l’implantation d’une première station en République Tchèque et des projets en Espagne, Belgique, Suisse, Allemagne ou bien encore en Asie du sud-est.

Enfin, la construction de son centre de formation participe également de cette logique. « Nous devons faire monter nos collaborateurs en compétences mais aussi mieux faire connaître notre activité et ses potentialités » explique S.Paolozzi. Lancés début septembre, les travaux doivent déboucher sur la réalisation d’un bâtiment de 1 900 m2 sur 3 étages.

Il hébergera des salles de cours pour la partie théorique et des ateliers pour la pratique. Les formations (des modules courts, proches du terrain) seront dispensées par des techniciens Prodeval mais aussi par des intervenants extérieurs. Précisons que cet « outil » qui représente un investissement de 3,5 millions d’euros n’est pas réservé à Prodeval mais ouvert à l’ensemble de la filière Biogaz.

Echo Drôme Ardèche Novembre 2020

Frédéric Rolland

Retour